Vous êtes-vous déjà demandé : quel pouvoir ai-je, moi, d’en finir avec la pollution de mon quotidien ?

Ce mois-ci nous vous racontons l’incroyable histoire d’une jeune mère qui a utilisé Flow pour rassembler sa communauté, les médias et la mairie. Le résultat : un énorme pas en avant vers un air plus propre pour sa ville, Toulon.

Notre objectif, notre mission : construire une intelligence collective sur notre santé environnementale qui donne le pouvoir de comprendre, de se protéger, d’agir.

Un récit parmi tant d’autres qui nous parviennent chaque mois depuis que nous avons lancé Flow. Chacun est une surprise géniale et une bouffée d’air frais, la preuve qu’avec les bonnes données au bon moment et la bonne impulsion, il est possible d’obtenir gain de cause pour son environnement.

Plantons le décor

Février 2016 à Toulon, France. À la suite d’une maladie respiratoire dans la famille, Aurélie a commencé à s’intéresser de près à la qualité de l’air à l’intérieur et à l’extérieur de sa maison. Vivant à seulement 400 mètres du port très animé de la ville, elle s’est mise à suspecter que les gaz d’échappement provenant des ferries amarrés non loin de là sur les quais y avaient certainement un rôle à jouer.

Étape 1 : S’informer

Alors qu’elle démarrait son enquête et ses recherches, elle a commencé à se rapprocher d’autres personnes de sa communauté qui étaient inquiètes de la qualité de l’air qu’ils respiraient. Ce sont notamment les habitants de la zone portuaire qui avaient les plus gros doutes. Pourtant, elle a très vite compris que la connaissance et compréhension de la pollution atmosphérique dans la ville étaient très limitées.

Étape 2 : Construire une communauté, une prise de conscience.

Aurélie est entrée en contact avec ces habitants et ensemble, ils se sont rapprochés des médias locaux et écrit des premiers courriers pour enjoindre la ville à significativement accroître ses efforts pour assainir l’air. C’était un premier pas, et l’intérêt général pour le sujet commençait réellement à progresser.

Étape 3 : Rassembler les preuves.

Pour continuer sur leur lancée, Aurélie et son groupe informel de partisans d’air pur ont commencé à recueillir de plus en plus d’information sur la qualité de l’air à Toulon, au moyen de sources telles qu’AtmoSud, ainsi que le propre réseau de capteurs de la ville. Le groupe a vite réalisé qu’ils auraient besoin d’aller au-delà des simples mesures indicatives, moyennes mensuelles ou annuelles, auxquelles ils avaient accès jusqu’à présent. Des données hyper-localisées permettraient de pointer précisément les sources d’émission, confirmant ou non l’hypothèse selon laquelle le port serait un pollueur majeur.

Étape 4 : Rendre l’information publique.

Il s’agissait d’amener les choses au niveau supérieur. Aurélie a pour cela commandé Flow (le capteur personnel de pollution de l’air de Plume Labs) pour mesurer les niveaux de pollution autour de sa maison et dans son quartier, enregistrant les résultats. Heureux développement, France Info lançait tout juste alors son #AlertePollution pour relever de façon participative les problèmes de pollution dans tout le pays. Aurélie et son groupe savaient qu’ils avaient entre leurs mains les données et preuves nécessaires pour alimenter le débat au niveau national.

Étape 5 : Créer un changement durable.

Aurélie contacta donc France Info via #AlertePollution pour raconter son histoire et exposer les informations qu’elle avait récoltées. Le 19 janvier 2019, première victoire, France Info publiait un article sur la qualité de l’air à Toulon mettant directement la lumière sur les ferries du port comme source majeure de pollution. Les premières intuitions d’Aurélie étaient confirmées. Le jour suivant, la ville de Toulon annonçait que le port serait électrifié pour que les ferries à quai n’aient plus besoin de laisser tourner leurs moteurs. Et un mois plus tard, l’annonce officielle était faite. La ville de Toulon est passée à l’action de façon spectaculaire pour améliorer la qualité de l’air que respire ses résidents. A l’origine de tout cela, une personne, une intuition.

Étape 6 : Recommencer.

L’histoire d’Aurélie en est une parmi tant d’autres qui restent à écrire. C’est précisément pour avoir ce genre de récit à partager avec notre communauté que nous avons créé Flow. Nous avons hâte d’entendre la vôtre.

À propos de Plume Labs

We're here to help you understand what you breathe and take meaningful action against air pollution. https://plumelabs.com/en/

CATÉGORIE

Non classé