L’air que nous respirons est constitué à 99% d’oxygène et d’azote mais aussi de différents polluants d’origine et de nature différentes et qui peuvent avoir des impacts à plus ou moins long terme sur notre santé. Voici un aperçu des principaux polluants atmosphériques.

Air Pollutants.png

  1. Le dioxyde d’azote  (NO2)
  • Qu’est que c’est ? C’est un gaz suffocant et irritant. Il a une odeur caractéristique, âcre et piquante. On le reconnaît facilement à sa couleur brun-rouge.
  • D’où vient-il ? Principalement de la combustion (chauffage, production d’électricité, moteurs des véhicules automobiles et des bateaux) dont 50% est dû au trafic routier.
  • Quels sont les risques ? Il est responsable de bronchites et d’asthme, en particulier chez les enfants, et peut également contribuer à une diminution de la fonction pulmonaire en cas de forte concentration.
  1. Les particules fines
  • Qu’est que c’est ? Ce sont de petites particules solides aérosoles qui peuvent pénétrer dans les voies respiratoires et les poumons. Les plus fines peuvent même se fixer aux vaisseaux sanguins. On parle de PM10 (PM, de l’anglais particulate matter) pour faire référence aux particules de moins de 10 microns de diamètre et de PM2.5 pour celles n’excédant pas 2,5 microns.
  • D’où viennent-elles ? Des activités humaines comme le trafic routier et la transformation d’énergie, ou d’origine naturelle comme les éruptions volcaniques. La concentration en particules fines dans l’air dépend de la température et de la vitesse du vent. Elles sont particulièrement présentes en cas de grand froid et d’absence de vent, qui empêche les particules de se disperser.
  • Quels sont les risques ? Les particules fines sont la cause de nombreuses allergies nasales. L’exposition chronique aux particules fines est un facteur de risque de maladies cardiovasculaires et respiratoires, ainsi que de cancer du poumon.
  1. L’ozone (O3)
  • Qu’est que c’est ? L’ozone est l’un des principaux constituants du smog. Il ne faut pas confondre l’ozone polluant que l’on trouve au niveau du sol avec l’ozone de la couche de la haute atmosphère, qui nous protège des rayons UV du soleil.
  • D’où vient-il ? La concentration en ozone est particulièrement grande en cas d’ensoleillement important.
  • Quels sont les risques ? L’ozone provoque des crises d’asthme et des irritations des yeux et peut provoquer des maladies respiratoires et du cœur.

4. Les composés organiques volatils (COV)

  • Qu’est que c’est ? Ce sont des molécules (principalement à base de carbone) que l’on trouve sous forme de gaz dans l’air que l’on respire. Elles sont très volatiles et se propagent donc très loin de leurs lieux d’émissions.
  • D’où viennent-ils ? Les COV sont émis par le trafic automobile, par l’industrie, par le secteur résidentiel, par l’usage domestique de solvants, mais également par la végétation.
  • Quels sont les risques ? Ils peuvent provoquer des irritations voir une diminution de la capacité respiratoire en cas de forte concentration. Certains COV sont classés comme cancérigènes.
  1. Le dioxyde de soufre (SO2)
  • Qu’est que c’est ? Le SO2 est un gaz incolore qui dégage une odeur proche de celle d’une allumette brulée. Conjugué à l’oxygène et à l’eau, il est responsable des pluies acides.
  • D’où viennent-ils ? Le SO2 provient surtout des centrales thermiques, des fonderies et des raffineries.
  • Quels sont les risques ? Il peut irriter la peau et les voies respiratoires. A forte concentration, il peut même causer des troubles et des maladies respiratoires et modifier le mécanisme de défense des poumons.
  1. Le monoxyde de carbone (CO)
  • Qu’est que c’est ? C’est un gaz incolore, inodore et sans saveur. Il est donc bien difficile de le détecter !
  • D’où vient-il ? Il est issu majoritairement des combustions incomplètes des appareils de chauffage et surtout des gaz d’échappement des véhicules.
  • Quels sont les risques ? A forte concentration, le monoxyde de carbone peut entrainer des intoxications se caractérisant par des maux de tête, des nausées et des vomissements. Le monoxyde de carbone est particulièrement présent et dangereux en intérieur à cause de certaines chaudières et peut, en cas d’exposition prolongée, entrainer le coma et la mort.

Et le plus compliqué, c’est que la concentration des polluants évolue en permanence…

Un petit coup de vent ou un rayon de soleil, un embouteillage, un pic de chauffage domestique… et la qualité de l’air est modifiée en quelques minutes, pour le meilleur ou pour le pire ! D’où l’importance de suivre de près son évolution. Evidemment, vous n’avez pas le temps de regarder en permanence les indices de qualité de l’air… mais grâce à notre application Plume Air Report, il vous est possible de moins vous exposer à la pollution en recevant des alertes en temps réel et en adaptant vos activités à la pollution. 🙂

À propos de Plume Labs

Makers of the Plume Air Report, the urban weather forecast to beat air pollution — for your iPhone at http://bit.ly/PlumeAirReportforiOS From Paris with Love

CATÉGORIE

Non classé